Pour faire son plâtre :

Il faut bien s'organiser d'abord de sorte qu'on fasse un mur, un plafond d'une seule traite! Matériel :
- une grande "gamatte" (on parle comme ça à la campagne!) C'est un bac parallélépipédique séparé en diagonale, ça ressemble à un Z couché ou ça |\|. Pour ma part je l'ai construit en contreplaqué: longueur 1m, largeur 0,5m hauteur 0 ;8m. De toute façon c'est très vite étanche vu la quantité d'eau qu'on y met dedans! (ça gonfle vite puis le plâtre colmate les derniers trous)
- Il faut fabriquer une gâche qui fait pratiquement la largeur du bac, mettre un bon manche, bien fixé.
- une grande taloche de plâtrier (les bords sont bien rectilignes et en bois dur rapporté)
- une raclette INOX genre de truelle avec une poignée sur le dessus, ça ressemble à une taloche mais c'est métallique!
- Une grande truelle
- Des seaux,
- du plâtre !

Google
 
Inutile de mouiller le support par avance, d'ailleurs en plafond on plâtre un grillage galvanisé (nergalto: orthographe à vérifier!) Pour plâtrer un plafond, préparer l'échafaudage en entier, sorte de second plancher uniforme; la hauteur est telle que votre tête est à 5 ou 10 cm du plafond, question de fatigue et de pression sur les taloches! Vous avez aussi fixé les arrêtes d'angle en galvanisé, elles servent bien pour le parfait dressage. Bon, jusque là ça va, on va se lancer:
Verser une seau d'eau dans le bac puis en pluie mettre un seau de plâtre. Il coule lentement et à un moment c'est saturé, le plâtre qu'on verse reste blanc, il ne s'humidifie plus, c'est bon. On gâche violemment en faisant tourner le mélange qui est très liquide. Maintenant il faut attendre la prise! Puisqu'on a 10 minutes, on peut faire plein d'autres choses: nettoyer ses outils, lisser les parties déjà enduites. Jeter un oeil sur le mélange, éventuellement le regâcher sans abuser car on tue le plâtre (technique bien connue qui permet d'avoir un plâtre applicable plus longtemps mais c'est au détriment de la dureté finale. Quand la pâte a une consistance telle qu'on peut en prendre avec la truelle pour la poser sur la taloche bois, le stress commence : étaler sur le support le mieux possible, la grande taloche permet de faire un travail plan et presque lisse, on n'a guère plus de 10mn pour étaler sa gâchée!! Dépêchez-vous! Si problème, ne pas hésiter à jeter le mélange restant ou trop ferme! Prendre le rythme, nettoyer les outils, préparer une autre gâchée et faire le lissage définitif avec le tranchant de la taloche inox. Il faut de préférence lisser le plâtre étalé deux gâchées avant, il est plus ferme et on a une surface mieux finie. Un truc pour finir le lissage c'est de préparer une petite gâchée dans un bac à part: 5 litres d'eau, 5 litres de plâtre en pluie et surtout ne pas gâcher ni remuer. Au bout de quelques heures, on peut racler le contenu pour avoir une pâte de rebouchage qui permet de corriger de petites erreurs!
Mes commentaires de bricoleur: Après 350 m² de murs et 170m² de plafonds, je peux dire que le plus facile, ce sont les plafonds car on est toujours dans la même position pour travailler alors que pour les murs, il faut se baisser, s'étirer, bref bonjour le mal au dos! Voilà, c'est faisable, je l'ai fait!